GeekAndTrip

Bilan à une semaine du départ

Voilà presque 10 mois que l’idée de partir un an au Japon est née. Voilà presque 10 mois d’impatience, de doute, et d’excitation.

Nous avons fait un énorme chemin, certes pas insurmontable, mais néanmoins complexe ! De A à Z, voici notre bilan de départ avant le grand saut !

La décision

luggages

 Comme une envie de faire ses bagages…

Elle ressemble à un coup de massue, tombée un samedi soir, à cause d’une idée lancée naïvement dans une conversation avec le Geekounet. Ce dernier réfléchissait depuis quelques semaines à l’idée de partir en visa WH au Japon à la suite de sa licence d’anglais.

Et hop une nuit blanche plus tard nous voici écumant les forums et les blogs à la recherche d’une solution viable pour le suivre dans cette folle aventure. Le Geek allait bientôt fêter ses 31 ans et la limite du visa est à 30 ans, il ne fallait donc pas traîner !

Quinze jours plus tard, nous voici en route pour Paris afin de demander un joli visa à apposer sur nos passeports.

La décision ne fut pas très difficile au vu du pays qui nous tendait ses bras. Le plus dur, c’était la suite !

Un Visa, une grande frite et un coca svp !

Prétendre au visa demande préparation, motivation et quelques papiers. Outre les papiers classiques, il faut écrire une lettre de motivation sur les raison d’un tel voyage. Ce n’est pas très difficile, il suffit d’être franc et de laisser parler l’appel des sushis. Le planning prévisionnel de l’année est en revanche plus complexe car il doit mentionner le travail que l’on va chercher une fois arrivé, le salaire escompté et les lieux de visites/d’habitation. Je vous renvoie à l’article de Geekounet pour toutes les informations utiles et des exemples de lettres et de planning utilisés.

Une fois tout ceci en notre possession, nous sommes allés faire un petit tour à l’ambassade du Japon à Paris. Manque de bol un des papiers était une photocopie et il a été refusé. La fille du guichet, nous voyant proche d’une syncope, nous a gentiment proposé d’envoyer le papier par la poste dès notre retour chez nous, et notre visa sera validé. Joie.

Trois jours plus tard, le petit colis est arrivé tranquillement dans la boîte aux lettres. Re-joie.

Yatta !

L’appart ? On l’emmène ou on le démonte ?

small

Histoire de nous compliquer les choses nous avions acheté un petit nid douillet et nous l’avions remis en état. Nous avons testé la mise en vente, mais en ce moment, les acheteurs sont frileux.

Mi-Avril, ne voyant aucune offre d’achat à l’horizon, notre moral est monté sur un toboggan et est violemment descendu : ce fut le début de l’ascenseur émotionnel perpétuel (invention breveté !).

La décision fut prise (encore !), nous tenteront la mise en colocation. 3 chambres, 3 personnes. Grâce à des p’tis jeunes ultra motivés, notre appartement se retrouve occupé pendant notre absence! Je donnerais plus de détails dans un futur article pour ceux que ça intéressent.

Mission accomplie !

Dématérialisation totale

Au début des préparatifs, l’idée de se séparer des trois quart de ses affaires nous ne nous paraissait pas évidente, mais l’envie de partir un an a été plus forte ! Nous avons commencé par trié l’utile de l’inutile, puis donné les choses invendables qui peuvent encore servir à quelqu’un. Le reste fut jeté.

Une dizaine d’objets ont été vendu par Le Bon Coin, dont nos ordinateurs. Les derniers objets sont partis aux quatre coins de la famille.

Afin d’être mobiles, nos ordinateur fraîchement vendus, nous avons acheté des portables. Le travail du Geek et moi se faisant exclusivement par internet, nous avons pris le temps de choisir et de mettre en route nos bébés 3 mois à l’avance pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Nous avons également découvert le terme Technomade, caractérisant les personnes pouvant travailler de n’importe où, n’importe quand, ne dépendant que d’une connexion internet. Nous avons décidé de se rapprocher au maximum de cette définition dans le but de nous adapter plus rapidement en cas de changement d’environnement.

A une semaine du départ, nos affaires se limitent à une vingtaine de cartons, une petite armoire en toile, un futon et deux bureaux. Nous nous sommes séparés de nos affaires facilement car nous avons pu garder le principal qui aurait pu être encore réduit. Au final, le premier carton de tri est difficile car on ne sait pas comment procédé, mais une fois dans le mouvement, on se rend compte que beaucoup d’objet ne servent à rien, sauf à encombrer le chemin futur.

Derniers préparatifs

A ce jour il nous reste les assurances à prendre (car ma dernière incursion en hôpital japonais m’a délesté le porte-monnaie !), les derniers changements d’adresses, les procurations sur le courrier et les comptes, la comptabilisation du nombre de vêtement à emporter et quelques trucs par ci par là à penser.

Les téléphones portables ont vu leur forfait être réduit à 3 euros, ce qui permet de pouvoir continuer à acheter par internet et de pouvoir recevoir le code de validation par sms.

Les mutuelles ont été résiliées.

La semaine sera consacrée principalement aux courses pour les derniers achats, et aux papiers à emmener ou préparer.

Le plus dur est fait, enfin, sans compter l’attente qui elle, devient très…pesante !

Si vous avez des petites astuces, ou si vous avez pensé à quelque chose que je n’ai pas écrit ici, n’hésitez pas à nous en faire part !

      

A propos de l'auteur Afficher tous les articles Site internet

Audrey

La Geekette, née en 1987, pixellisée par Mario en 1995, puis remodélisée par World Of Warcraft en 2009, aime principalement coder la nuit et attraper des peluches dans tous les games center...absolument toutes...

Phrase favorite : "Là !! y'en a encore une! Viens vite !"

2 commentairesLaisser un commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *